Né le 8 janvier 1935 à env. 4h35 selon Last Train To Memphis, dans une famille pauvre de  Tupelodans le Missisipi,  Elvis Aaron Presley est le fils unique de Gladys Love Smith et de Vernon Elvis Presley. Il a un frère jumeau mort-né, Jesse Garon Presley.
Les ancêtres de Presley sont principalement des européens avec un mélange Ecossais Irlandais,  avec des Français Normands; une des arrières-grands-mères de  Gladys était Cherokee.

Grands-parents maternel

Elvis grandit au sein d’une famille religieuse qui fréquente régulièrement l’Eglise de la Pentecostal First Assembly of God dans laquelle les fidèles chantent du gospel. A onze ans, ses parents lui offrent une guitare et le jeune Elvis se passionne très vite pour le blues, qu’il écoute en cachette à la radio.

Il grandit à Tupelo jusqu’à l’âge de treize ans. Sa mère travaille en tant qu’ouvrière dans une fabrique de vêtements et son père dans une épicerie, mais en grande difficulté financière, ils déménagent à Memphis, grande ville dans le Tennessee. Vivant dans un deux-pièces social, Gladys fait des ménages et travaille la nuit dans un hôpital, Vernon travaille ici et là. Très vite, Elvis travaille également : il tond des pelouses, lave des voitures et vend des cornets de glace en dehors de l’école. Après l’école secondaire, il trouve très vite un travail dans une société d’outillage, mais rêvant de conduire un camion, il trouve finalement un emploi à la Crown Electric Company comme chauffeur-livreur, un travail qui ne lui convient pas.

Amateur de gospel, de blues et de country, Elvis décide de tenter sa chance et, pendant l’été 1953, pousse la porte d’un petit studio spécialisé dans la musique noire, le Studio Sun Records à Memphis. Reçu par la secrétaire Marion Keisker, il enregistre à ses frais (pour 4 dollars) deux chansons, My Happiness et That’s When Your Heartaches Begin et repart avec le disque sous le bras pour l’offrir à sa mère. Keisker, qui sait que son patronSam Philips est à la recherche de jeunes chanteurs, note le numéro de téléphone du jeune Elvis. Bien qu’elle lui trouve un style bizarre, elle lui reconnaît une certaine belle voix. Elle note sur sa fiche « EP : voix à écouter.

Lorsque Keisker en parle à Phillips, celui-ci recontacte Elvis pour un essai. Le téléphone à peine raccroché, Elvis est dans le studio devant Phillips. Après plusieurs essais peu concluants, Sam Phillips est néanmoins impressionné par la grande mémoire du jeune homme « à la queue de canard », il dira plus tard à ce sujet « C’était incroyable, Elvis connaissait par cœur toutes les chansons dont je lui parlais. Si sa voix n’était pas souvent juste, je dois dire par contre qu’elle avait un rythme assez particulier. Hélas, je n’avais pas le temps de lui apprendre à placer sa voix, mais Elvis était tenace et je lui permettais de revenir le lendemain. »

En 1954 Phillips, a demandé à un groupe musical d’être présent à une nouvelle audition afin de soutenir Elvis musicalement : Scooty Moore à la guitare, et Bill Black à la Contrebasse.  Si Moore est plus ou moins impressionné, Black l’est encore moins.

Le 5 juillet, ils sont en studio. Alors que rien de convenable ne sort, et que Phillips, très déçu, s’apprête à fermer le studio, Elvis commence à entamer les premières notes d’une ancienne chanson, That’s All Right Mama d’Arthur Crudup. Le célèbre trio Presley-Moore-Black porte le nom « The Blue Moon Boys. En octobre1954, le batteur D.J. Fontana se joint à Scooty Moore et Bill Black.

Le commentaire de Sam Phillips :

« Ce que venait de faire Elvis avec That’s All Right me donna immédiatement la chair de poule. Je savais qu’on tenait quelque chose. Ce n’était pas la chanson à proprement parler, mais ce qu’en faisait Elvis, la chanson était à l’origine un blues. Elvis l’a transformée en rock an roll. Je peux vous dire que pour moi c’était un choc. Je décidais qu’il devait l’enregistrer. Ce fut son premier vrai succès à Memphis. »